Conférence

Critique de l’âge critique, une anthropologie de la ménopause

Daniel Delanoë

La ménopause est un phénomène biologique universel. Mais elle s’accompagne de statuts sociaux différents selon les sociétés, ce qui montre bien une construction sociale de la place et des fonctions des femmes après l’arrêt de leur fonction reproductive. En Occident et depuis l’Antiquité une image très négative de la ménopause s’est imposée. Il y a quelques décennies encore, certaines publicités vantaient les traitements hormonaux avec ce slogan : « Pour que la femme reste femme ». Elle ne le serait donc plus ? Mais alors qu’est-ce qu’une femme ?

Dans d’autres sociétés, au contraire, l’arrêt des règles amène un épanouissement social, amoureux et érotique des femmes, parfois même leur confère un pouvoir réel, comme chez les Indiens Mohave de Californie où les femmes de la société de cour des 17 et 18ème siècles.

Qu’en est-il vraiment de l’expérience des femmes de nos jours ? Pour le savoir, après avoir parcouru l’histoire et l’anthropologie, nous avons mené plusieurs enquêtes auprès de femmes et d’hommes de milieux et d’âges divers, sur ce qui est un sujet tabou autant qu’un enjeu social. Il en ressort que l’expérience et l’image de la ménopause est fortement liée au degré de domination masculine qui s’exerce sur les femmes.

Daniel Delanoë

Daniel Delanoë est psychiatre et anthropologue, chercheur associé à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

Il a consacré sa thèse d’anthropologie sociale et ethnologie à la ménopause : Critique de l’âge critique, usages et représentations de la ménopause. Paris, 2001, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Il a également publié plusieurs articles sur cette question, dont : Delanoë D, Selma H, Bachelot A, Mahfoudh Draoui D, Hassoun D, Marsicano E, Ringa V. Class, gender and culture in the experience of menopause. A comparative survey in Tunisia and France. Social Science and Medicine, 2012; 75: 401-409.

La conférence sera suivie du spectacle Désobéir de Julie Berès à 20h30

CALENDRIER

Mardi 08 février 2022
18h00
à l'Estive, salle Isabelle Sandy

PARTENAIRES

En partenariat avec la MGEN et la Banque Populaire du Sud

MGEN Banque Populaire

2022-01-10T13:42:06+01:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)