Les passagers du livre

Alain Damasio

Les Furtifs, Ed. La Volte

À la suite d’une performance sur scène en compagnie de Yan Péchin (Entrer dans la couleur), Alain Damasio rencontrera le public autour de son roman de science-fiction, Les Furtifs.

Les Furtifs nous propulse dans la France de 2040, dans une société dystopique aliénée par la technologie et le marketing. Ici, la surveillance est totale : tous les Français portent une bague où sont numérisées leurs données personnelles. Partout où cela s’avère rentable, les villes sont privatisées, puis séparées en zones : standard, premium et privilège, selon le forfait choisi par chaque citoyen. A travers ce récit, l’auteur nous alerte sur notre addiction puissante à la technologie et nos servitudes volontaires maximisées par le libéralisme et la technologie.

Né à Lyon en 1969, Alain Damasio est un écrivain, poète et militant. Dès son premier succès La Horde du Contrevent, sorti en 2004, il devient l’un des auteurs les plus en vue de la littérature de l’imaginaire en France.

Refusant de se soumettre à ce qu’il nomme le « techno-cocon », constitué d’écrans, d’applis, de logiciels, qui nous cajolent et nous endorment, Alain Damasio porte un regard cru sur notre monde connecté et excelle dans la création de dystopies et de récits d’anticipation. Son dernier roman de science-fiction, Les Furtifs, primé du Meilleur livre de l’année 2019 et du Grand Prix de l’Imaginaire 2020, a été amplement salué par la critique et dévoré par le public.

Copyright Photo : Raphael Gaillarde et Manuel Braun

CALENDRIER

Mardi 16 novembre 2021
22h00
à l'Estive

PARTENAIRES

Rencontres animées par Astrid Cathala et organisées en partenariat avec l’association L’Œil du souffleur, la librairie
Majuscule Surre et la Médiathèque de Foix-Varilhes.
Avec Radio Transparence et le restaurant Le Phoebus.

2021-09-20T14:21:54+02:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)