Le grand bal | L'Estive

Documentaire

Vous êtes ici :
  • Le grand bal

Le grand bal

De Laetitia Carton – France – VF – 1h39

 

C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.
Enivrant !

La séance de Massat sera suivie d’un bal !
Rendez-vous le vendredi 7 décembre avec le groupe Drenouchka : séance à 19h – bal à 21h (tarif : 10€)

 

La soirée du 10 novembre, suivie d’un bal, était organisée en partenariat avec Trad’Estiu.
Ce film a initialement été programmé dans le cadre du mois du documentaire.

 

Drenouchka

Le groupe Drenouchka voit le jour en 2008 de la rencontre de trois musiciens désireux de renouveler la dynamique des rencontres musiciens-danseurs (nombreuses en Ariège) par l’apport d’airs de cultures différentes, issues d’Europe de l’est et du bassin méditerranéen, musiques qu’ils affectionnent particulièrement, mais sans exclusive.
De ce trio de départ, seul le clarinettiste Peter Moronvalle demeure , mais des compositions de Pascale Martinal (l’accordéoniste du trio de départ) leur sont restées, ainsi que l’esprit du groupe, festif et définitivement tendu vers un seul but: faire danser!
Si d’autres musiciens sont venus et repartis depuis, cet esprit est toujours présent dans la formation actuelle, aux multiples influences.
L’ensemble a joué dans de bien différentes occasions et configurations, du petit bal local au festival plus important (Trad’estiu, La Nuit du TradFestib’AlzenLa Nuit de la danseLe Festival de la Soupe) aussi bien que pour des fêtes privées (mariages, anniversaires), avec toujours le même souci: faire bouger les gambettes,  sur toutes les danses des bals trad, cercles, chapeloises, scottisches, mazurkas, valses, rondeaux et autres, mais également en initiant à des pas venus d’ailleurs (danses de Macédoine ou d’Israël, par ex.) qui font la joie des danseurs.
Les arrangements sont toujours faits en pensant à la danse et ils ont aussi à leur répertoire leurs propres compositions. Une large place  y est aussi  faite au chant, et à travers le chant, à l’expression d’une joie contagieuse et conviviale.


Partenaires

En partenariat avec Trad’Estiu