Théâtre

Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon

Collectif L’Avantage du doute

C’était quoi 68 ? Et qu’en reste-t-il aujourd’hui ? La génération d’après s’interroge, les questions fusent pour tenter de cerner l’héritage de cette période et avancer dans le monde d’aujourd’hui.

Judith, Mélanie et Claire, la trentaine, livrent pêle-mêle réflexions, anecdotes ou bilans, et multiplient les questions. Avec elles, Simon, la soixantaine, le seul qui ait « fait » Mai 68, la référence commune et incontournable de l’engagement politique.
Le débat s’engage, animé des fortes personnalités de chacun. D’accords en désaccords, de constats amers en bonnes blagues, émergent les problématiques essentielles de cette « révolution ». Un seul consensus s’impose : la génération post-68 peine encore à trouver sa place.
Mêlant le vrai et le faux, le collectif L’Avantage du doute a créé ce spectacle en le nourrissant des témoignages et souvenirs des comédiens-auteurs. Le rapport avec eux est simple et direct, plus proche, plus vrai. Ils abordent des sujets sérieux avec humour « Parce que le rire libère de la peur et soude ceux qui rient ensemble ».

Retrouvez le Collectif L’Avantage du doute le jeudi 6 février à l’Estive avec La légende de Bornéo

De et avec : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand.

Lumières : Wilfried Gourdin

Régie : Camille Urvoy

Administration / production / diffusion : Marie Ben Bachir

Production : L’Avantage du doute

Coproduction : Le Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque et La Comédie de Béthune – Centre dramatique national du Nord-Pas de Calais avec le concours de Culture Commune et le soutien de La Ferme du Buisson et réalisé avec la complicité du Théâtre de la Bastille

Photographies : © Mathilde Chamoux

CALENDRIER

Mardi 04 février 2020
20h30
au Mas d'Azil (salle de la mairie)
Durée : 1h20
Tarif Tarif Jaune (Plein tarif à 15€)

Réserver

DÈS 12 ANS

Co-voiturage

PARTENAIRES

Avec la Commune du Mas d’Azil

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique.

2020-02-03T10:53:28+02:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)