Conférence slam

Le masculin dans sa relation au féminin et à lui-même

D’ de Kabal

Avec 2 micros, une loopstation et du human beatbox, D’ de Kabal partage, avec force et poésie, ses réflexions sur ce que l’on nomme « le masculin ».

Tout à la fois poète, musicien, comédien et metteur en scène D’ de Kabal, artiste associé à l’Estive, ne cesse de questionner les mécanismes qui nous mènent à la violence, qu’elle soit sourde ou manifeste.
Dans cette conférence musicale, il interroge nos modèles de représentations du masculin, revenant sur des questions trop souvent restées dans l’ombre et le silence de l’intime.
Avec sa voix grave et singulière, ses textes libres et engagés, il livre une performance qui fait entendre, par l’art et le sensible, une parole nécessaire.

::::

D’ de Kabal est artiste associé à l’Estive – scène nationale de Foix et de l’Ariège, pour les saisons 2019-2020 et 2020-2021.
Retrouvez-le dans sa pièce Fêlures, le silence des hommes (D’ de Kabal – Cie R.I.P.O.S.T.E.) le vendredi 13 mars à 20h30 à l’Estive et le samedi 14 mars à 20h30 à Sainte-Croix-Volvestre (version concert).

::::

BIOGRAPHIE

Né en 1974 à Paris, D’ de Kabal est un écrivain, auteur-compositeur, rappeur, slameur et metteur en scène français.

Co-fondateur du groupe Kabal qui a officié sur la scène rap hexagonale entre 1993 et 2000, il est très actif dès les années 2000 sur la scène slam à laquelle il apporte sa contribution avec les légendaires sessions « Bouchazoreill » du Trabendo et multiplie parallèlement les expériences au théâtre en tant que comédien.

En 2005 il fonde sa compagnie R.I.P.O.S.T.E et expérimente de nouvelles formes théâtrales au croisement de plusieurs disciplines (écriture, musique, slam, rap, danse).

Ses textes sont publiés depuis 2010 chez L’Œil du souffleur. Il y interroge la mémoire antillaise, la manière dont se construit l’individu marqué par l’histoire de l’esclavage colonial, le racisme et les discriminations sociales. Actuellement, son champ d’exploration est la masculinité dans ses fondements. Depuis 2014, il écrit sur cette virilité qui lorsqu’elle est portée comme une cuirasse, contribue à fabriquer des dominants à la chaîne et devient le socle de ce qu’il nomme l’intégrisme masculin. Pour appuyer ses recherches artistiques, il initie dès 2015 des « Laboratoires de déconstruction et de redéfinition du masculin par l’Art et le Sensible », groupes de paroles masculines en non mixité.
Source arche-editeur.com

Block Party #5
Du 30 sept. au 12 oct. à Foix

Pour sa 5ème édition, le festival Block Party met une nouvelle fois toutes les disciplines de la culture Hip-Hop à l’honneur.
Exposition, restitution (De pierre et de plume, projet culture et handicap), Battles de Break Dance et de Beatbox, Jam Graffiti et concerts avec notamment la rappeuse Chilla.
Cette année, l’Estive amène deux spectacles, une conférence slamée, Le masculin dans sa relation au féminin et à lui-même de D’ de Kabal, et une conférence dansée, Le tour du monde des danses urbaines en dix villes, d’Ana Pi, Cecilia Bengolea et François Chaignaud.
Deux éclairages artistiques pour enrichir notre regard sur ces cultures urbaines et cosmopolites !

N.B. : dès 18h les jeudi 2 et mercredi 9 octobre, La case à Véro s’installera sur le parvis de l’Estive avec son Food-truck pour vous proposer desspécialités réunionnaises avant et après le spectacle !

Organisé par Art’cade avec le PAAJIP et la Ville de Foix.
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/2883200721695151 ou https://www.art-cade.fr/agenda/festival-hip-hop-ariege-foix-block-party-5/

D’ de Kabal

CALENDRIER

Mercredi 09 octobre 2019
19h00
à l'Estive
Durée : 1h30
Tarif Rose

Réserver

Co-voiturage

PARTENAIRES

Avec Art’cade

2020-02-27T14:29:24+02:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)