Théâtre

La légende de Bornéo

Il y a une légende à Bornéo qui dit que les orangs-outans savent parler mais qu’ils ne le disent pas pour ne pas avoir à travailler.

Collectif L’Avantage du doute

Après avoir questionné l’engagement politique, le collectif L’Avantage du doute poursuit avec la question du travail. Valeur devenue centrale dans nos vies, elle détermine la place de l’individu dans la société, pour le meilleur comme pour le pire…

En mêlant l’intime et le politique, le collectif choisit d’aborder ici le rapport au travail et ses nouvelles formes de management qui tolèrent des débordements dans la sphère privée. Comme dans une conversation entre amis, Judith, Mélanie, Claire, Simon et Nadir, engagent un débat face au public dans une proximité bienvenue. Leur regard personnel décortique les histoires vécues en s’arrêtant sur les discours standardisés et l’organisation du travail.
Ils endossent sur scène la parole de travailleurs, de retraités, d’étudiants, ou de chômeurs qu’ils ont interrogés. Jouant aussi leur propre rôle, ils puisent en eux-mêmes, dans leurs propres convictions, toujours armés de la force salvatrice du rire, pour nous offrir un théâtre d’une rare authenticité.

Pour aller plus loin
À 18h ce même jeu. 6 fév. : Conférence de Marie Boudoux d’Hautefeuille « Prévenir le burn out pour préserver le plaisir de travailler » en présence du Collectif L’Avantage du doute.
Entrée libre
En partenariat avec la Mgen, la Casden et La Banque populaire
+ d’infos

Avant de venir à l’Estive, le Collectif L’Avantage du doute sera au Mas d’Azil le mardi 4 février pour Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon

De et avec : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand

Lumières : Wilfried Gourdin et Jérôme Perez Lopez

Régie : Camille Urvoy

Administration / Diffusion : Marie Ben Bachir

Production : L’Avantage du doute en partenariat avec ACME production.

Coproduction : Le Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque, le Théâtre de la Bastille et le Théâtre de la Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers, avec le soutien du Théâtre-Studio d’Alfortville.

Le spectacle bénéficie du soutien de l’aide à la production et la diffusion du fonds SACD, de la DRAC Ile-de-France, de la CCAS et de l’ADAMI.

CALENDRIER

Jeudi 06 février 2020
20h30
à l'Estive
Durée : 1h20
Tarif Jaune

Réserver

DÈS 12 ANS

Co-voiturage

PARTENAIRES

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique.

2020-01-16T11:09:23+02:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)