Danse, théâtre

Ce qui m’est dû

La débordante compagnie

Fin de l’humanité annoncée ? Une question brûlante d’actualité mise en scène par un duo de théâtre chorégraphique rageur et poétique qui parle de chacun de nous.

Par la danse et le jeu, dans une grande proximité avec le public, Ce qui m’est dû part de l’intime pour toucher à l’universel. À la manière d’une conférence gesticulée, Héloise Desfarges et Antoine Raimondi y racontent avec malice l’histoire de leur propre prise de conscience face à la crise écologique. Intelligents et créatifs, ils pointent nos petites lâchetés, évoquent nos fragiles mais nécessaires résistances.
Sur scène, mots et mouvements se rencontrent, dialoguent et jouent ensemble. Les mots et les maux s’incarnent. Une alchimie rythmée qui pose des questions essentielles :
« Danser, c’est une façon de défendre la poésie dans ce monde, et nous avons besoin de poésie en ces temps de crise. »

Associant corps et questionnement politique, Ce qui m’est dû prend part à la lutte, mais n’en reste pas moins un spectacle d’une poésie merveilleusement simple. Une créativité lucide qui interroge sans culpabiliser, où gestes et mots invitent à l’action collective. Un spectacle qui touche les jeunes et les moins jeunes, les militants et les profanes. Une parenthèse chorégraphique et théâtrale qui donne du baume au cœur.

Le spectacle Ce qui m’est dû est également programmé par Act’en scène le dimanche 20 juin à 16h à la halle d’Allières. Réservations nécessaires par mail à actenscene09@gmail.com

Avec Héloise Desfarges, Antoine Raimondi, Olivier Calcada | écriture Héloise Desfarges, Antoine Raimondi, Jérémie Bergerac | Accompagnement pour la création de la version LSF Emmanuelle Laborit et Jenifer Lesage-David | Accompagnement artistique Jérémie Bergerac

 

 

Production Association Ahouai Nansi Tropbien – Avec le soutien de IVT-International Visual Theatre (Paris), Quai des Arts (Pornichet), Curry Vavart (Paris), le Jardin d’Alice (Montreuil), Animakt (Saulx-les-Chartreux), le Nouveau Relax (Chaumont), la Bobine (Grenoble), la Ville de Paris.

Photographies : © Sileks

CALENDRIER

Lundi 21 juin 2021
19h15
à Montbel (salle du lac)
Durée : 1h
Tarif Rose

Réserver
Mardi 22 juin 2021
20h30
à l'Estive
Durée : 1h
Tarif Rose

Réserver
Mercredi 23 juin 2021
19h15
aux Halles de Chalabre (sous la halle)
Durée : 1h
Tarif Rose

Réserver

DÈS 10 ANS

Co-voiturage

SEANCES SCOLAIRES

PARTENAIRES

avec la Commune de Chalabre, la Commune de Montbel et le comité des fêtes de Montbel, dans le cadre des Pierres de gué

Site internet

2021-06-14T16:33:01+02:00
Toggle Sliding Bar Area
Appel à rassemblement citoyen

L’Estive, scène nationale de Foix et de l’Ariège, se mobilise depuis le début de la crise sanitaire, pour la réouverture des lieux d’art et de culture et la solidarité interprofessionnelle.
Dans une logique de service public, et en conformité avec les directives du ministère de la Culture, l’Estive a poursuivi ses missions, maintenu ses engagements envers les équipes artistiques et préservé autant que possible l’emploi, permanent et intermittent, lié à ses activités.
Après un an de crise, dans un contexte social de plus en plus tendu, alors que l’incompréhension d’un nombre croissant de citoyens se mue en colère et en désespoir, le secteur des arts et de la culture se mobilise, au plan national, et engage des actions, avec les publics, pour demander un calendrier de réouverture des lieux culturels et la défense des droits sociaux de tous les travailleurs intermittents, étudiants et précaires.
L’Estive s’associe au mouvement national « Le printemps est inexorable » - référence à une citation de Pablo Neruda reprise récemment par la ministre de la Culture - et à la mobilisation lancée par les syndicats du secteur culturel (Syndeac, SNSP, SMA, Prodiss, la Fédération des Arts de la Rue…).

Dans le cadre de l’association des scènes nationales d’une part et du Syndeac, syndicat auquel elle adhère d’autre part, l’Estive s‘est déjà associée à un certain nombre d’actions communes :
- La lettre envoyée au gouvernement pour la réouverture des lieux culturels le 21 novembre 2020, renvoyée fin février 2021 : « Trois mois après, nous sommes toujours prêts ! »
- Le soutien au référé-liberté pour la réouverture des lieux culturels, porté par le Syndeac et d’autres syndicats fin 2020.
- La déclaration pour la réouverture de tous les lieux culturels recevant du public du 17 février 2021, signée par le Syndeac et d’autres syndicats et cosignée par de nombreux élus, dont Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.
Conscients et responsables face à la crise qui nous frappe tous, nous affirmons la nécessité d’agir et d’apporter des perspectives claires pour l’avenir de notre secteur : pour les artistes, pour les technicien.ne.s intermittent.e.s et les compagnies indépendantes dont la pratique et les droits sont menacés, pour la jeunesse et les étudiant.e.s précarisé.e.s, pour le respect des droits culturels, pour un service public de l’art et de la culture que l’État doit préserver sur la durée, comme tous les autres services publics.

SPECTATEUR·TRICE·S, ARTISTES, PROFESSIONNEL·LE·S DE LA CULTURE, ÉLU·E·S LOCAUX·ALES, CITOYEN·ENNE·S
RASSEMBLONS-NOUS POUR AFFIRMER LA PLACE NECESSAIRE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIETE.
Chacun est invité à venir avec une fleur en signe de soutien au printemps de la culture.

Ce rassemblement devra se tenir dans le strict respect des protocoles sanitaires en vigueur : distanciations, port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique.

Solidairement votre,
L'équipe de l'Estive
close-link
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer des informations ciblées et réaliser des statistiques de visites. Paramètres Ok

Données de géolocalisation

Des informations de géolocalisation précises et des informations sur les caractéristiques de l’appareil peuvent être utilisées. (30 jours de validité)