• ÉLOGE DU PUISSANT ROYAUME

        Dates


    mar. 21|05|2013 - Foix (à l’Estive)
    Début : 20h45

    Tarif : B

    Durée : 1h



        Distribution

    Chorégraphie : Heddy Maalem
    Danseurs : Anthony-Claude Ahanda alias Jigsaw aka Twin Anthony Jean alias Crow Boy Tiger Vladimir Jean alias Big Trap Ludovic Manchin-Opheltes alias Kellias Aka Bijuu Emilie Ouedraogo alias Spencer Anne-Marie Van alias Nash

    « Il existe des terres d’élection, àl’écart des chemins tracés. Il n’y a pas de cartographie de ces endroits, ce sont des lieux retirés, humbles, ignorés, des terres de damnés. Elles semblent sans espoir, ni richesse. Il fait bon parfois y marcher.

    Ce sont des terres violentes, livrées àla poussière, aux lisières de tout, des terres de bannis. Ceux qui les habitent ne les ont pas choisies. Ils ont été poussés làpar les flots conjugués d’un destin et d’une histoire. On les a privés du radeau du langage auquel nous sommes arrimés pour survivre ànotre naufrage. Laissés pour compte sur la berge du temps, ils nous adressent des signes.

    Ce sont des danses. Elles viennent de la nuit des temps, de mondes hors de portée de nos regards distraits. Ces mondes forment un royaume sans roi, ni sujets, sans espoir ni renommée, déshérité. Il contient le pauvre, le vulnérable, le moindre geste, la fragile articulation du langage, l’argile de notre humanité, sa seule richesse.

    Aucun pouvoir ne vient affaiblir sa puissance. Cette puissance se couronne de mouvements jetés aussitôt dans l’oubli. Elle est pure présence et abandon. Elle est lutte sans merci pour une verticalité. C’est une danse. Elle parle en se retirant silencieusement du vacarme. Elle est cette force qui va en nous, seigneurs de rien, maîtres et danseurs en nos puissants royaumes ». Heddy Maalem

    « Pour cette création, il ne s’agissait pas de créer àpartir du krump, mais plutôt d’amener six krumpers plein de talents vers mon univers. J’ai aimé leur ouverture d’esprit, leur extraordinaire capacité àimproviser, et àaller chercher des danses extrêmement profondes, viscérales, cette capacité aussi d’aller dans des énergies très hautes sans en avoir peur et en les maîtrisant. Ils poussent l’énergie humaine vers des états assez inhabituels, sans que l’on parle d’efforts musculaires, mais plutôt d’états qui s’approchent de la transe ou l’extase. Ce qu’expriment ces corps me semble extrêmement intéressant àmontrer sur scène. C’est une espèce de production directe de ce que nos sociétés provoquent dans ces corps. Dans une société en attente de virtuosité, le krump est une recherche profonde de ce qu’il y a en soi. Qu’est-ce que le puissant royaume si ce n’est celui des déshérités, celui où un désespoir absolu demande et fait naître l’espoir le plus radical ?  »
    Heddy Maalem / La Terrasse, mars 2013

    www.heddymaalem.com

    "Eloge du puissant royaume" est l’occasion d’une première collaboration avec des "krump dancers" réunis par Anthony-Claude Ahanda alias « Jigsaw Aka Twin Tiger  » pour son nom de krump. Le krump est une danse née aux Etats-Unis au début des années 2000, mais aussi un mode de vie, une culture.

    Des danseurs de la Cie Heddy Maalem initieront des adolescents et leurs parents au krump. Le krump est une danse née aux Etats-Unis au début des années 2000, c’est aussi un mode de vie, une culture qui ont inspiré la dernière création du chorégraphe Heddy Maalem. L’atelier sera suivi d’un temps d’échange sur le spectacle « Eloge du puissant royaume  » présenté la veille sur le plateau de l’Estive.

    Inscription obligatoire / Atelier gratuit / Jauge limitée à20 (àpartir de 12 ans)
    Contact : Sabine Pons 05.61.05.05.54 - relations.publiques@lestive.com

        Mentions Obligatoires

    Compagnie Heddy Maalem / La Briqueterie, Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne / Centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées / Le Parvis, Scène Nationale Tarbes-Pyrénées / Atelier de Paris-Carolyn Carlson. Le spectacle a été créé dans le cadre de la Biennale du Val de Marne àl’Atelier de Paris- Carolyn Carlson.

    Spectacle soutenu par l’Adami.

    Crédit photo : Patrick Fabre