Mephisto {Rhapsodie} | L'Estive

Théâtre (création)

Vous êtes ici :
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}
  • Mephisto {Rhapsodie}

Mephisto {Rhapsodie}

Samuel Gallet – Jean-Pierre Baro

 

Une pièce où se pose la question des liens entre l’art et le pouvoir, la politique et les artistes, et plus largement, de nos propres existences avec le compromis…

“Montée des extrémismes, banalisation des discours racistes, crise économique, replis identitaires, autoritarisme, appels répétés à la grandeur et à la pureté nationale, mépris du débat d’idées et haine de la démocratie, ressentiment, hargne et colère, attrait obscur pour la catastrophe… L’Europe actuelle se retrouve fortement hantée par le spectre de son histoire fasciste. La comparaison régulièrement faite entre le contexte actuel et l’Allemagne des années 30, a de quoi nous interpeller.
Si la séquence historique que nous traversons ne peut être calquée sur celle de la République de Weimar – l’Histoire bégaie mais ne se répète jamais à l’identique –, si la période qui s’ouvre ne s’inscrit pas dans les mêmes enjeux politiques, cette époque du début des années 30, minée par le dégout d’elle-même, hantée par la destruction, le désir de vengeance et la grande catastrophe, impuissante à empêcher l’horreur d’advenir, pourrait peut-être nous permettre de questionner la nôtre.

Quels rapports entretenons-nous aujourd’hui avec la catastrophe, avec le fascisme, avec l’indifférence ou avec, comme l’évoque l’historien Patrick Boucheron, notre propre fascination pour la tyrannie ?

En retraçant l’itinéraire d’un artiste avide de gloire dans une société allemande gangrénée puis dévorée par le nazisme, en s’inspirant de la figure du grand acteur allemand
Gustaf Grüdgens qu’il a très bien connu, Klaus Mann dans son roman Mephisto nous plonge au cœur de la question des liens qu’entretiennent l’art et le pouvoir, le théâtre et l’État, la politique et les artistes, et plus largement, nos propres existences avec le compromis.
S’inspirer de ce roman, de la figure ambigüe de Gustaf Grundgens, des combats que Klaus Mann a mené toute sa vie jusqu’à l’épuisement et le suicide, de ses articles dans Contre la Barbarie où il raconte ses entrevues avec les artistes ayant continué à travailler sous le Troisième Reich, nous conduit immanquablement à nous interroger sur l’époque contemporaine, sur les liens qu’entretiennent aujourd’hui l’art et la politique, sur nos propres points aveugles et sur la figure de l’artiste prise souvent dans une schizophrénie entre amour revendiquée de la justice et de l’humanité et course à la gloire effrénée dans l’ultra concurrence capitalisme.[…]

Mephisto {Rhapsodie} tente de déjouer les évidences, de critiquer la paresse de pensée qui nous fait parfois croire que nous ne participons pas de ce qui détruit un monde. Car il s’agit sans doute de travailler la mauvaise conscience d’un temps, d’interpeller ce pays où nous sommes, d’y évoquer le sentiment de relégation ressenti par beaucoup pour appréhender le terreau sur lequel naissent les catastrophes. Mephisto {Rhapsodie} parle aussi du doute de ce que peut le théâtre à l’heure des périls, de ce que signifie le théâtre dans un monde de la production effrénée et de l’urgence permanente, questionne la puissance ou non de ce que nous faisons, la nécessité et la vanité de ce que nous faisons, l’engagement et le sentiment d’impuissance face au bulldozer de l’Histoire qui arrive, et tente de venir interpeller les forces mêmes qui nous fondent, nos fragiles mais nécessaires résistances à ce qui nous détruit.”
– Samuel Gallet,
mai 2018

::::::::::::::

À lire

“Mephisto Rhapsodie” l’ouvrage de Samuel Gallet publié le 21 février 2019 est disponible aux Éditions espaces 34 – collection théâtre contemporain

Le théâtre d’une petite ville de province, Balbek.
Comme ailleurs dans le pays, l’extrême droite est aux portes du pouvoir.
Une troupe permanente de comédiens et sa directrice travaillent en décentralisation.
Parmi eux, Aymeric, assoiffé de reconnaissance, rêve de gloire tandis que Lucas s’interroge sur la capacité du théâtre à participer aux luttes sociales et que Michael, sensible aux idées des Premières Lignes, dénote.
Barbara, fille de la directrice d’un grand théâtre de la capitale, rejoint la petite troupe et découvre ces espaces péri-urbains délaissés.
Alors qu’Aymeric, monté à la capitale, gravit peu à peu les échelons de la notoriété avec l’appui de la mère de Barbara et de sa compagne la jeune chanteuse Juliette Demba, la crise politique et sociale conduit à la catastrophe. Mais la célébrité est enfin là, à portée.
À quelles compromissions Aymeric sera-t-il prêt, quels silences, pour atteindre ce qu’il s’était promis d’atteindre ? Est-il possible de combattre un système de l’intérieur ?

Mephisto Rhapsodie traite des liens qu’entretiennent aujourd’hui l’art et le pouvoir, la politique et les artistes. Interrogeant les enjeux du théâtre contemporain et convoquant la vie et l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Mann ainsi que la figure ambiguë du comédien allemand Gustaf Gründgens dans les années 30, ce texte cherche à déjouer les évidences. Il tente de critiquer la paresse de pensée qui nous fait parfois croire que nous ne participons pas de ce qui détruit un monde et travaille la zone de notre fascination aveugle pour la célébrité et le succès.

 

::::::::::::::

À voir

Filmé lors de la présentation de la saison 2018-2019 du Théâtre National de Bretagne (Rennes) en juin 2018,
Jean-Pierre Baro parle de “Méphisto {Rhapsodie} ”

::::::::::::::

À noter

“Mephisto {Rhapsodie}” est programmé dans le cadre de “Tous au théâtre” (1 place achetée = 1 place offerte*)

Pour assister à “Mephisto {Rhapsodie}”, trois « bus théâtre » seront à votre disposition le 26 mars prochain.
Pas de conduite la nuit, vous ne serez pas seul sur les routes et pourrez partager l’avant et l’après spectacle entre voyageurs :

  • Ax-les-thermes : Départ 19h30 – devant Ax Animation / Luzenac : Départ 19h45 – Parking hôtel de la paix / Les Cabanes : Départ 20h – Place de la mairie / Tarascon : Départ 20h15 – Espace François Mitterand
    Réservations : Ax Animation au 05.61.64.38.00 /arno@ax-animation.com jusqu’au 18 mars
    Avec Ax Animation et la Communauté de communes Haute Ariège
  • Mas d’Azil : Départ 19h45 – devant la mairie
    Infos et réservations : Mairie du Mas d’Azil – Tel : 05 61 69 90 18
    Avec la commune du Mas d’Azil
  • Saint-Girons : Départ 19h15 – devant l’Espace Multimodal (ancienne gare).
    Infos et réservations : Office de Tourisme de St-Girons – Tel : 05 61 96 26 60
    Avec la ville de Saint-Girons

*disponible à L’Estive et dans les lieux partenaires durant la période de l’opération, en partenariat avec l’Association des commerçants et les artisans de la ville de Foix. Attention, cette offre ne fonctionne pas si vous achetez vos billets auprès de Ticketnet ou Fnac spectacle.

 


 

 

Notes
L’art et la politique ; la fragile résistance

« Nous qui avons vécu la montée du fascisme, nous nous vîmes une fois encore replongés dans cet état des commencements, sournois, indéfinissables. »
– Peter Weiss, L’esthétique de la résistance
« Le succès, cette sublime, irréfutable justification de toutes les infamies. »
– Klaus Mann, Mephisto

« “Refrain politique, abominable refrain ?” Vieux proverbe allemand, vieille erreur allemande. Comme si la politique était – devait être – autre chose que la planification et l’organisation de la vie collective des êtres humains ! Et comme si l’art pouvait exister en dehors du contexte social, flottant dans le vide, autonome et indifférent !
Mais même à supposer que l’art et la politique n’aient effectivement rien à voir l’un avec l’autre, qu’en est-il de l’artiste ? Il n’est tout de même pas qu’un paquet d’énergies créatrices, il n’est pas exclusivement l’instrument de l’inspiration divine. Il est aussi, entre autres, un être humain et un citoyen, soumis aux mêmes lois que ses contemporains les plus ordinaires.
Si un ténor se fait prendre à voler des petites cuillères en argent, il aura probablement affaire à la police.
Un poète qui fait de la fausse monnaie ou qui viole et qui tue sera traité en criminel, quelle que soit l’originalité de ses vers. Et quand un artiste de talent, voire de génie, fait cause commune avec des bandits politiques, il devrait s’en tirer ? Les dirigeants et représentants de la culture ont-ils le droit de s’allier impunément à l’ennemi mortel de la culture ? Les génies peuvent-ils tout se permettre en matière politique ? »
– Klaus Mann, Art et politique, dans Contre la barbarie, 1925-1948, éditions Phébus, pages 427-433



Acheter vos places via le site de nos partenaires

fnac tickenet

Production : Théâtre National de Bretagne ; Compagnie Extime ; Théâtre des Quartiers d’Ivry – Centre Dramatique National du Val-de-Marne.

Coproduction : Collectif Eskandar ; Théâtre Olympia – Centre Dramatique National de Tours ; Les Scènes du Jura – Scène nationale ; MC2: Maison de la culture – Scène nationale de Grenoble.

Avec le soutien du FIJAD – Fonds d’Insertion pour Jeunes artistes dramatiques de la Région et de la DRAC PACA, et le soutien du dispositif d’insertion de l’École du TNB.

Accueils en résidence : Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines ; Théâtre National de Bretagne ; Le Tarmac – La Scène Internationale Francophone ; Scène nationale de l’Essonne, Agora ; Théâtre des Quartiers d’Ivry – Centre Dramatique National du Val-de-Marne.

Crédits :
– pour les photos de scène : © Gwendal Le Flem
– pour la photo de l’hôtel abandonné : © Yves Marchand & Romain Meffre Ballroom, Lee Plaza Hotel, Detroit, 2006


Tous au théâtre
1 place achetée = 1 place offerte

Date

mardi 26 mars 2019

à 20h45 à L'Estive de Foix
Durée : 2h15 - Tarif : B

Distribution

Texte Samuel Gallet (édité en février 2019 aux Éditions Espaces 34)

Librement inspiré de l’œuvre de Klaus Mann

Mise en scène Jean-Pierre Baro
Son Loïc Le Roux
Lumière Bruno Brinas
Scénographie Mathieu Lorry Dupuy
Costumes Majan Pochard
Collaboration à la mise en scène Amine Adjina
Régie générale Adrien Wernert

Avec Jacques Allaire, Julien Breda, Lorry Hardel, Cléa Laizé, Elios Noël, Tonin Palazzotto, Pauline Parigot, Mireille Roussel

Klaus Mann est représenté par L’Arche, agence théâtrale.