Le bain | L'Estive

Danse (dès 6 ans)

Vous êtes ici :
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain
  • Le bain

Le bain

Gaëlle Bourges

 

Une plongée dans l’histoire de l’art du 16ème siècle, mêlant danse, chant et récit.

Manipulation d’objets, voix-off, chant… En s’appuyant sur deux tableaux (Diane au bain d’après François Clouet et Suzanne au bain de Le Tintoret) Le bain propose d’ouvrir une voie à la relation des enfants (et de leurs parents) à la représentation des corps dans l’histoire de l’art.
Sur fond de récits anciens et de digressions sur le rapport aux corps aujourd’hui, trois performeuses donnent à voir les tableaux, à entendre les histoires mythologiques qui les fondent et, chemin faisant, tracent une petite histoire du bain.
Pour autant l’intention n’est pas de faire de l’histoire de l’art sur scène, mais plutôt une petite histoire des représentations à partir de l’art, en glissant dans la posture des corps anciens, « en mettant en mouvement un appareil critique ».

 

 

N.B. : Gaëlle Bourges présente aussi Revoir Lascaux le mardi 15 janvier, Lascaux le mercredi 16 janvier et Conjurer la peur le mardi 5 février à l’Estive de Foix.



Le Bain – Dans la presse

“[…] Gaëlle Bourges, dont le travail souvent très littéraire, inspiré d’œuvres picturales et habité par des corps nus, n’est a priori pas destiné à des enfants. Et bim, c’est justement de nudité qu’elle a choisi de parler, travaillant à partir de deux tableaux, “Diane au bain” d’après François Clouet, et “Suzanne au bain”, du Tintoret, eux-mêmes tirés de deux mythes bien connus : la métamorphose d’Actéon en cerf, après qu’il a par mégarde aperçu Diane nue, racontée par Ovide dans les Métamorphoses, et le procès de deux vieillards condamnés à mort
pour avoir espionné Suzanne alors qu’elle se baignait (puis tenté de remettre la faute sur elle), tiré du livre de Daniel dans l’Ancien Testament. […]
Trois poupées et trois performeuses rejouent donc ces récits de justice et de punition, qui prennent, au vu de l’actualité, une résonance particulière. “Le Bain” brasse ainsi, l’air de ne pas y toucher, une quantité de thématiques (esthétiques, éthiques, politiques) qui enrichissent les niveaux de lecture de n’importe quel spectateur.
Que Le Bain ait une forme de narration à plat, sans affect, sans excès de causalité, rend certains passages, notamment la mort d’Actéon, d’autant plus poignants.
Le plateau est constellé de tout ce petit bric-à-brac – arrosoir, peluches, plumes – auquel on est en droit de s’attendre chez Gaëlle Bourges, un plaisir de la jolie babiole et de l’instrument très enfantin.
Les connaisseurs de son travail reconnaîtront aussi son procédé de bande sonore de mots choisis, avec sa musicalité particulière qui fait toujours décoller.
«Les enfants sont sensibles à la qualité de la langue, Andersen et Perrault sont d’ailleurs très littéraires, justifie-t-elle. Si la langue est trop pauvre, l’imagination est moins mise en branle.» […]”
Elisabeth Franck-Dumas – Libération – 11 février 2018

“Presque par magie, les tableaux et leurs histoires viennent petit à petit se dévoiler aux yeux des spectateurs. Tout commence avec trois figures sombres assises en fond de plateau. Capuce sur la tête, les interprètes de Gaëlle Bourges sont courbées devant trois cubes pleins de petits trésors. Comme par enchantement, la scénographie très inventive sort de ces trois petits coffres. Les corps des performeuses se mettent gracieusement en mouvements. Le décor sobre et mouvant se révèle alors.
La mise en lumière des tableaux se met en place en musique et avec une voix off qui racontent les tableaux. […]
“Le Bain” est un spectacle formidablement efficace et drôle. Esthétique, sensible et profondément instructif. Le jeune public (et le public plus grand) est gâté avec cette création qui est jouée à Tours avant de partir en tournée en France.”
Delphine Coutier – La Nouvelle République – Publié le


Production : association Os – Coproduction : Centre Chorégraphique National de Tours / Direction Thomas Lebrun (Résidence de création, artiste associée) ; Théâtre de la Ville – Paris ; L’échangeur-CDCN Hauts-de-France ; Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre – Avec le soutien de la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie conventionnée et de la Ménagerie de Verre dans le cadre de StudioLab – En partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours – Remerciements au Musée du Louvre-Lens où le tableau « Suzanne au bain » (collections du Louvre, Paris) est actuellement exposé.
Pièce créée en janvier 2018 au Centre Chorégraphique National de Tours.

Crédit photo : © Danielle Voirin
Crédit vidéo : © Claire Ananos et Olivier Meissel

Dates

Séance Scolaire

mardi 12 février 2019

à 10h00 à L'Estive de Foix
Durée : 50 min - Tarif : Scolaire

Séance Scolaire

mardi 12 février 2019

à 14h15 à L'Estive de Foix
Durée : 50 min - Tarif : Scolaire

Distribution

Conception et récit Gaëlle Bourges
Avec des extraits d’«Actéon», in Les Métamorphoses d’Ovide, livre III (traduit du latin par Marie Cosnay), Éditions de l’Ogre, 2017
Avec
Helen Heraud,
Noémie Makota,
Julie Vuoso
Chant Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
Lumières Abigail Fowler
Création musicale Stéphane Monteiro alias XtroniK
+ Guests : Pour «A la claire fontaine» : Alban Jurado : guitare classique, Michel Assier Andrieu : transcription guitare, Arnaud de la Celle : clarinette, Anaïs Sadek : flûte traversière | Pour le morceau «the three glance» : Chant : Gaëlle Bourges, Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso, Piano : Christian Vidal + deux extraits de Maurice Ravel : « Daphnis et Chloé » (Berliner Philharmoniker, Pierre Boulez, ed. Deutsche Grammophon) & « Pièce en forme de Habanera » (Master Music for flute & piano, Laurel Zucker and Marc Shapiro) / Répétition chant Olivia Denis
Création costume Clémence Delille
Régie générale, régie son Eliott Hemery

 

Dossier(s)

pdf icone   Dossier pédagogique
pdf icone   Dossier de présentation

Partenaires

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique