Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard” | L'Estive

Théâtre

Vous êtes ici :
  • Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard”
  • Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard”
  • Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard”
  • Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard”

Les Tourmentes : “Construire un feu” et “Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard”

Sylvain Creuzevault

 

Construire un feu de Jack London et Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard de Stéphane Mallarmé : deux pièces courtes mettant en scène des individus se heurtant à des espaces naturels hostiles.

Sylvain Creuzevault inaugure un travail sur des formes qu’il présente comme des « peintures animées », des « natures vives » (comme de la chaux).
Il s’agit d’exposer avec un minimum de mots les peines que nous nous infligeons et qui nous traversent, en présentant des hommes et des femmes qui “affrontent la nature comme châtiment”.
“Je suis coupable, et Les Tourmentes sont mes juges”.
C’est la mer démontée de Mallarmé dans son poème Un Coup de Dés jamais n’abolira le Hasard – qui devient le livret d’un opéra ; c’est la nature glaciale figurée par Jack London dans Construire un feu
Autant d’allégories de nos combats intimes dont il s’agit de sortir réparés ; des allégories que le metteur en scène, paradoxalement, souhaite rendre « aussi théâtralement douces que possible ». Pour, peut-être, redonner au théâtre sa force de consolation collective.

N.B. : retrouvez également Sylvain Creuzevault à l’Estive avec sa pièce Les Démons le Jeudi 10 janvier 2019.

 



Sylvain Creuzevault

Né en 1982, cofondateur du groupe d’ores et déjà, Sylvain Creuzevault signe sa première mise en scène en 2003/2004 (Les Mains bleues de Larry Tremblay), puis monte en 2005 Visage de feu de Marius von Mayenburg. À l’Odéon, il a participé à la création de Fœtus dans le cadre du festival Berthier ’06, puis met en scène Baal, de Brecht (2006). Le père tralalère, créé au Théâtre-Studio d’Alfortville en 2007, est repris à La Colline, où Sylvain Creuzevault met en scène en même temps Notre terreur (2009). Suivent, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Le Capital et son Singe en 2014, et en novembre 2016, Angelus Novus AntiFaust, créé au TNS. Depuis 2016, il est installé à Eymoutiers, en Haute-Vienne, où il transforme d’anciens abattoirs en lieu de théâtre avec le groupe Ajedtes Erod.

 



Acheter vos places via le site de nos partenaires

tickenet

Production : Le Singe
Co-production : Festival d’Automne à Paris, L’empreinte, Scène nationale Brive-Tulle, Théâtre Garonne Toulouse
La compagnie est soutenue par la Direction Générale de la Création Artistique du ministère de la Culture.

Crédit photo : © D.R.

Dates

Séance Scolaire

vendredi 23 novembre 2018

à 14h15 au Mas d'Azil (salle des fêtes)
Durée : 45 min
(uniquement "Construire un feu")
- Tarif : Scolaire

Séance Tout public

vendredi 23 novembre 2018

à 20h45 au Mas d'Azil (salle des fêtes)
Durée : 1h30 - Tarif : C

Distribution

D’après la nouvelle Construire un feu de Jack London et le poème Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard de Stéphane Mallarmé
Mise en scène Sylvain Creuzevault
Composition musicale Pierre-Yves Macé
Avec Frédéric Noaille, Alyzée Soudet, Juliette de Massy (soprano) et Laurence Chable
Scénographie Jean-Baptiste Bellon
Son Michaël Schaller
Costumes Gwendoline Bouget
Masques Loïc Nébréda
Lumière Gaëtan Veber
Production et diffusion Élodie Régibier
Information, communication Anne Echenoz

Partenaires

Avec la commune du Mas d’Azil.

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique

 

Avec le Conseil Départemental de l’Ariège