Café littéraire | L'Estive

Café littéraire

Vous êtes ici :
  • Franck Bouysse “Né d’aucune femme”
  • Franck Bouysse “Né d’aucune femme”

Franck Bouysse “Né d’aucune femme”

Ancien professeur de biologie et d’horticulture Franck Bouysse s’est lancé dans l’écriture en 2004. C’est avec la parution de « Grossir le ciel » en 2014 (La Manufacture de livres) qu’il acquiert une reconnaissance nationale, porté par les libraires. Suivront « Plateau », puis « Glaise » (La Manufacture de livres) dont les succès confirment l’engouement des lecteurs et des professionnels pour cette œuvre singulière et puissante. L’auteur, lauréat de nombreux prix littéraires, vient nous présenter son dernier roman : « Né d’aucune femme » (parution le 10 janvier). Y sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin… Un livre sensible et poignant qui confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine, dans un style d’écriture toujours ciselé et charnel.

Rencontre animée par Maryline Lambert.
Les cafés littéraires de l’Estive sont organisés avec la librairie Majuscule Surre et la Médiathèque de Foix.

 

Quelques mots de l’auteur
Né d’aucune femme prend naissance dans mon enfance, mes promenades près d’un ancien monastère du XIIe siècle perdu en forêt, un lieu mystérieux qui n’a cessé de me fasciner. J’avais l’impression d’entendre des voix transmises par les souterrains creusés par les moines, leurs voix emmurées à la recherche d’une sortie, comme si le temps était suspendu.
Puis, il y a deux ans, le personnage de Rose est apparu dans ce décor pour me raconter son histoire.
Mon ambition avec ce livre était de faire parler cette Rose, une gamine de quatorze ans sachant tout juste lire et écrire mais extrêmement intelligente, avec son propre langage, ses propres codes narratifs.  D’autres personnages, d’autres voix sont venues ensuite, un peu comme des affluents nourrissant le récit de Rose.
Depuis “Grossir le ciel”, mes romans se féminisent jusqu’à ce “Né d’aucune femme” pour lequel cette jeune fille est devenu mon obsession.
Mettre en scène un personnage féminin n’a pas été un choix conscient, plutôt une évidence qui surgit. Je ne sais jamais comment les choses s’imposent à moi, comment un personnage prend possession de moi, je ne suis pas certain qu’il me soit nécessaire de le savoir.
Après “Glaise” et cet été 1914 où je situais l’action de mon précédent roman, je remonte encore un peu plus le temps, probablement pour continuer de creuser, à la recherche de mes
racines, jusqu’à cet endroit étrange qui a nourri mon imaginaire de gamin. Il me semble que c’est ce gamin-là qui raconte Rose, à la lumière des auteurs qui ont jalonné son parcours de lecteur, William Faulkner, Jean Giono, Cormac McCarthy, Toni Morrison, Raymond Carver etc., que cela n’aurait pas était possible sans eux. De plus, je pense qu’il est bien plus intéressant, pour un romancier, d’aborder des thématiques qui restent bien actuelles, comme les combats de femmes ou la notion de l’identité, avec le recul et la pudeur que permet l’ancrage dans un autre temps.
Franck Bouysse

 


Date

Séances Tout public

vendredi 18 janvier 2019

à 19h00 au bar de l'Estive à Foix
Durée : 1h30 environ - Tarif : Entrée libre

Partenaires